Artiste associée

à la saison 

Anna Legrand fait partie des artistes et des administrateurs et administratrices du parti Collectif, elle a même participé à la création de ce collectif bordelais engagé et pluridisciplinaire. Contorsionniste de formation, elle a, pendant des années, fait de nombreux grands-écarts entre la scène et les bureaux, les papiers et les tableaux excel.

Chercheuse, contorsionniste, administratrice ou monteuse de chapiteau, au final c’est toujours le même métier : rendre réels les trucs imaginés. Durant ses études d’analyse des médias & études théâtrales, elle choisit d’utiliser ses expériences des différents postes dans les arts vivants pour analyser les pratiques d’un point de vue autant sociologique qu’esthétique.

Anna réfléchit à notre monde, à nos rapports, à nos relations, et sait partager le fruit de ses réflexions. C'est d'ailleurs ce qu'elle fait dans sa conférence articulée et contorsionnée dans laquelle elle détortille les a priori sur les questions de Genre dans le monde des arts. Elle nous parle de stéréotypes, de sexisme intégré et nous apprend des évidences qui ne le sont pas tellement.

Et puisque apprendre aux autres n’empêche pas de continuer à apprendre soi-même,

Anna se lance cette année dans une formation complémentaire en danse auprès de la

Cie Lullaby.

 Anna legrand, artiste associée a la saison

Crédit photo : Rémi Labarthe 

Le Live au dôme de Talence ! 

A l'occasion du 8 Mars 2021, journée internationale des droits des femmes, Anna reprend sa conférence articulée ! Ce rendez vous, proposé en partenariat avec le Dôme de Talence se fera en Live Vidéo Facebook https://www.facebook.com/villedeTalence 

"Pour parler de tous ces petits actes sexistes que nous ne voyons pas tellement ils se font nature-elle-ment, on peut parler de « sexisme intégré ». Un type de sexisme qui a largement su s’implanter dans le secteur artistique avec des archétypes binaires comme la muse et le génie, l’Artiste et la dilettante. Et, même si dans le secteur culturel « on s’aime tous et on se fait la bise », les stéréotypes persistent et les chiffres n’évoluent pas, ou si peu.

 

Entre récit personnel et travail de recherche, cette conférence articulée essaie de décrypte quelques structures de genre qui traversent les arts en occident